Mobilite.eco - Valorisation de la mobilité durable "travail-maison"

Use Case
November 4, 2022
Mathieu

Problème

Le transport est l'un des principaux secteurs émetteurs de gaz à effet de serre, avec 30 % des émissions. En France, 93% des émissions de CO2 liées aux déplacements locaux sont dues à la voiture, qui est utilisée dans les ⅔ des cas.

7 Français sur 10 se rendent au travail en voiture, 58% des trajets domicile-travail de moins de 1km sont effectués en voiture, et seulement 2% des actifs se rendent au travail à vélo.

Le transport est le 1er poste de dépense d'un ménage (18% du budget en moyenne), devant l'alimentation et le logement. Un français sur 4 a déjà refusé un emploi faute de pouvoir s'y rendre. Enfin, sur 80% du territoire, aucune collectivité locale ne propose de solution pour les transports du quotidien.

Opportunité

Votée en décembre 2019, la loi de mobilité apporte des investissements sans précédent : 13,4 milliards d'euros sur la période 2017-2022, avec une priorité donnée aux transports du quotidien. Elle prévoit également de nouvelles solutions pour se déplacer plus facilement. La loi traduit également une volonté de profiter de la révolution numérique pour offrir de nouveaux services aux usagers. Enfin, elle vise à utiliser des transports plus propres, avec notamment l'inscription dans la loi de la fin des ventes de voitures à énergie fossile carbonée d'ici 2040, le déploiement de la recharge électrique et le développement des zones à faibles émissions.

Plus en détail, cette loi prévoit notamment :

Le développement de solutions alternatives à la voiture individuelle proposées par les collectivités sur 100% du territoire, grâce à des outils plus simples, moins coûteux et mieux adaptés à leurs besoins, qu'elles pourront désormais mettre en œuvre : covoiturage, transport à la demande, navettes autonomes, etc. Pour y parvenir, l'État met en place des financements et des appels à projets : par exemple, 500 M€ sont mobilisés par l'État sur la période 2017-2022 pour cofinancer des projets de mobilité avec les collectivités locales.

Mettre la mobilité domicile-travail au cœur du dialogue social dans les entreprises : c'est devenu un sujet obligatoire de la négociation sociale pour que les entreprises s'engagent à faciliter les parcours de leurs salariés. Cette aide peut prendre la forme d'un chèque mobilité, sur le modèle du ticket restaurant.

Un forfait mobilité durable, jusqu'à 500 €/an pour aller travailler en covoiturage ou à vélo : les employeurs ont désormais la possibilité de participer aux frais de déplacement de leurs salariés grâce à ce forfait, exonéré d'impôts et de cotisations sociales.

Un plan vélo innovant pour tripler sa part dans les déplacements : création d'un fonds vélo de 350 millions d'euros, lutte contre le vol avec la généralisation progressive du marquage des vélos et du stationnement sécurisé, création d'un forfait mobilité durable, généralisation de la pratique du vélo à l'école, etc.

Un plan pour faire du covoiturage une solution du quotidien, en permettant aux collectivités locales de subventionner les covoitureurs, en ouvrant la possibilité de créer des voies réservées aux abords des métropoles, en mettant en place un forfait mobilité durable, etc.

Challenges

Créer un mécanisme d’incitation qui valorise l’action positive des salariés et qui dépasse le cadre du green washing.
Assurer que chaque euro investi est bien associé à une valeur d’impact.

Point de bascule

Mettre en place une plateforme permettant de valoriser l’impact individuel des salariés et de le faire financer cet impact par des entreprises souhaitant agir en faveur de la transition.

Implémentation de SmartB

Une proposition de valeur unique sur le marché

Mobilite.eco permet à ses clients de mettre en œuvre le forfait mobilité durable en fournissant à ses utilisateurs un outil simplifiant la déclaration des trajets réalisés. Le service permet aussi aux employeurs de piloter l’activité des employés et l’impact réel de ces trajets sur la politique RSE de l’entreprise dans le respect de la vie privée de chacun.

Contrairement à la majorité de ses concurrents qui ont mis en place des “tickets resto” pour la mobilité et ont tiré parti au maximum de l’effet d’aubaine introduit par la réglementation, Mobilite.eco s’est concentré sur la valeur réelle de l’impact .

Le produit développé par Mobilite.eco est ainsi le seul du marché à créer un scénario de base pour chaque utilisateur, et ainsi pouvoir démontrer l’additionnalité, c’est à dire l’impact réel du changement de comportement des utilisateurs par rapport à des indicateurs d’impact donnés, à commencer par les réductions d’émissions de CO2.

D’autre part, Mobilite.eco a développé une véritable régie à impact permettant de pré-financer les impacts attendus afin de les redistribuer sous forme d’incitation. Ce mécanisme de pré-financement est rendu possible car l’application produit des preuves de déplacement qu’elle enregistre sur un registre. En offrant la possibilité d’associer chaque preuve de déplacement à une preuve de l’additionnalité d’impact, Mobilite.eco à créé un des tout premiers services capables de justifier des réductions d’émissions par financement de trajets à faible émission !

Rendue possible par la technologie SmartB

Le produit de SmartB repose sur une plateforme technologique qui permet l’interaction des employeurs et des salariés. Deux types d’acteurs ayant des intérêts totalement divergents : le salarié obtenir le plus d’argent possible pour le minimum d’effort, et l’entreprise le maximum d’impact en payant le minimum.

Pour mettre en œuvre un environnement de confiance rendant possible la coopération de ces acteurs, Mobilite.eco utilise 3 briques de l’architecture SmartB :

  • La brique “Connect” : il s’agit d’un environnement de développement permettant d’implémenter simplement et rapidement la gestion des organisations et des utilisateurs. Cette brique opensource prête à l’emploi, facilite la gestion de l’enregistrement, de l’identification, de la validation des utilisateurs (KYC), permet de les associer à des organisations et de leur attribuer des droits complexes. Cette brique est essentielle pour le développement de plateformes à impact. En effet, la coopération nécessaire pour mettre en œuvre un projet ou un service à impact nécessite des interactions entre les utilisateurs ayant des rôles différents dans le processus et appartenant à des structures organisationnelles complexes.
  • La brique “Protocol” : Il s’agit du mécanisme permettant de transformer les données collectées en preuves de déplacement. En général dans les projets à impact, les opérations de validations sont opérées par des auditeurs externes. Étant donné les volumes de carbones engagés dans chaque transaction, une opération de validation humaine n’est pas possible. L’utilisation de cette brique permet d’automatiser la fonction de vérification et de la confier à un algorithme. Ainsi chaque preuve est vérifiée et signée par un algorithme. Cet algorithme réalise le calcul d’additionnalité de l’impact selon un protocole bien défini. Il est lui-même vérifié par un cabinet expert qui valide le fondement scientifique du protocole, le certifie et apporte donc une valeur tangible aux émissions comptabilisées.
  • La brique “Factory” permet de produire les données d’impact à proprement parler. Il s’agit de tous les développent qui simplifient m’expérience utilisateur et permettent de passer à l’échelle la production de l’impact. Dans le cadre de cette application, les briques logicielles ont été intégrées à une application mobile permettant d’effectuer la détection automatisée des mobilités et de produire les données nécessaires pour produire une valeur d’impact conforme au protocole.
  • Le “Registre d’impact” permet de matérialiser cette valeur. Il permet d’inscrire chaque production d’impact sous la forme d’une transaction créditée à son propriétaire. Les impact produits peuvent ainsi être échangés entre les utilisateurs (le salarié et son entreprise).
  • La brique “Finance” permet de transférer la valeur d’impact produite d’un utilisateur à l’autre en opérant une transaction sur le registre. Chaque euro investi est ainsi associé à une transaction, qui elle-même permet par intermédiaire du protocole, de retrouver la preuve de déplacement. Cette preuve est auditable sur consentement de l’utilisateur.

Résultats

En utilisant les briques technologiques de SmartB, Mobilite.eco à développé un service à impact nouvelle génération.

Elle permet à des centaines d’utilisateurs au sein de ses entreprises clientes d’agir en conscience, de manière responsable et de changer leurs comportements en partageant la valeur réelle de l’impact qu’ils produisent sur la société et l’environnement.

Les investisseurs qui financent les économies de CO2 produites par l’application peuvent le faire parce qu’ils obtiennent une contrepartie numérique tangible, quantifiée et vérifiable depuis le registre SmartB.

À retenir

  • La coopération exigée pour mettre en place un projet d’impact nécessite la mise en place de plateforme multi-acteurs capable de gérer une grande diversité de types d’acteurs et de rôles différents.
  • La valorisation de l’impact passe par la mise en œuvre de protocoles. Le passage à l’échelle de ces protocoles peut être réalisé en automatisant la validation par l'intermédiaire d'algorithmes vérifiés.
  • La production et la valorisation d’impact à l’échelle nécessitent une automatisation des opérations de collecte de données associées à une traçabilité des sources et de la contribution des acteurs.
  • La rémunération de l’impact est possible dès lors que la valeur de l’impact est vérifiable et que la propriété de l’impact produit est clairement établie.

Experienced entrepreneur working in digital, impact and wood industry. Mathieu is in charge of SmartB oprerations, helping clients to succed in developping their impact projects.

Démarrez votre programme
de valorisation.

Nous sommes impatient d'en savoir plus sur votre projet.

Merci! Un membre de l'équipe vous contactera par email.
Oups! Il y a eu une erreur. Veuillez svp réessayer. Merci

Découvrez les derniers  articles sur